lundi 12 janvier 2015

Paris, un dimanche de janvier 2015

reuters


 












Entre Belleville et République, descente vers la manif.
http://media.topito.com/wp-content/uploads/2015/01/manif-charlie.png /  Picasa editing

rayon de soleil apres la petite averse de pré-défilé.  al1 Lacour

http://www.telerama.fr/monde/11-janvier-2015-vous-etiez-tous-charlie,121432.php
 
http://www.telerama.fr/monde/11-janvier-2015-vous-etiez-tous-charlie,121432.php

Paris match


 

telerama
 

 


telerama

 


telerama
 

La foule descend de Belleville par une des nombreuses rues qui alimentent la place de la République. a.lacour



RTBF
RTBF
un président de la république console son ami, un médecin urgentiste qui avait été appelé au secours de ses amis dessinateurs assassinés quelques minutes auparavant


Herald & Vivepascal.com




Une semaine de janvier 2015, 3 tueurs sanguinaires arguant de commodes arguments revanchards pseudo-religieux et communautaires, commettaient en Ile-de-France plusieurs tueries contre des personnes ciblées pour : 


  • leur métier de liberté : journalistes irrévérencieux et jusque-boutistes sur la liberté d'expression, le droit de caricature et les droits des animaux pour un journal sans publicité peu vendu mais très apprécié.
  • leur devoir : fonctionnaires de police ou de mairie, intervenant en protection de personnes ou sur un accident ou au secours d'otages
  • leur religion, sélectionnant une épicerie communautaire pour y assassiner des gens d'une même religion
  • des personnes prises au hasard faisant du sport ou se trouvant proches de leurs cibles.
xEn fin de semaine, le dimanche 11 janvier 2015, après des millions de manifestations diverses et multimédias de solidarité avec les personnes décédées ou leur proches endeuillés, entre 3 et 4 millions de  français et sympathisants des valeurs et du pays enterraient leurs revendications pour se réunir partout en france dans un esprit de défenses des libertés d'expression, de reconnaissance aux disparus, d'égalité de droits pour tous les différences qui unissent les français d'aujourd'hui. La quasi totalité des manifestations refusait les appels à la vengeance, à la haine , à la violence et à l'instauration d'un état policier pour demander la protection des libertés garanties par la constitution française.

Alain Lacour

Note : les panneaux mentionnant "Charlie" font allusion à "Charlie Hebdo", journal sinistré pendant une des tueries.
















x