vendredi 20 novembre 2015

Réfugié pour homosexualité : pas facile de participer à la gay pride à Marseille.




En 2015, Zak Osmane raconte les difficultés additionnées quand on est Réfugié, du Maghreb et Homosexuel. 
3 motifs de se sentir exclu et les gays nationalistes ne le voient pas gay ni réfugié mais uniquement un étranger à foutre dehors.

Etre victime de discrimination n'incite apparemment pas à la tolérance.

Alain Lacour

citation :
"Malheureusement une demi-heure après le départ de la Pride du parc Longchamp ou niveau de la station Réformés-Canebière, j'ai été agressé à deux reprises par des homophobes sur l'itinéraire, et à deux reprises des gays qui étaient censés assurer la sécurité de la Pride m'ont dit «Nous n’avons rien à foutre du drapeau algérien et des gays algériens»."

 

J'ai copié ici la page d'origine de http://yagg.com/2015/10/08/etre-refugie-ou-demandeur-dasile-lgbti-au-pays-du-mariage-pour-tous-par-zak-ostmane/ au cas où elle perdrait son hébergement sans en respecter la mise en page.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Être réfugié ou demandeur d’asile LGBTI au pays du mariage pour tous», par Zak Ostmane

Publié par
Réfugié algérien gay à Marseille, Zak Ostmane témoigne.



Zak Ostmane Pride Marseille
Zak Ostmane et son drapeau à la Pride Marseille 2015 - Photo : Zak Ostmane

Aujourd’hui être homosexuel.le (LGBTI) réfugié politique à Marseille est pire qu’être un vulgaire délinquant.
C’est une double condamnation de la société et de l’administration françaises qui font tout pour nous mettre des bâtons sur nos chemins respectifs, au pays du mariage pour tous! Rappelons-le, pourtant, la France est signataire de la Convention de Genève qui consiste en temps normal à protéger les personnes en danger pour leur opinion politique, conviction religieuse ou pour leur orientation sexuelle.

Malheureusement la réalité est toute autre pour nous les réfugié.e.s: souvent quand nous arrivons dans les pays européens qui ne pénalisent pas les personnes LGBTI (lesbienne, gay, bisexuel, trans', queer), nous sommes complètement égaré.e.s face à la réalité, sans aucun repère!
Sur le terrain, il y a quelques associations pour nous orienter sur le plan administratif, parmi elles: l’AAPPI (association d’aide aux populations précaires et immigrées), mais combien de
demandeurs/euses d’asile sont informé.e.s de ces structures d’aide? Les demandeurs/euses d’asile, avant que l’OFPRA (Office Français pour la Protection des Réfugiés et Apatrides) ne leur accorde le statut de réfugié.e, ne sont pas autorisé.e.s à travailler, l’État français leur donne 11 euros par jour pour se loger et se nourrir, la politique de l’institution de l’OFPRA les case dans des dortoirs de fortune qui se trouvent sur le territoire français, et sont souvent en surcharge.
Ces personnes vulnérables et faibles sans aucun repère abandonnent leur chance d’obtenir l’asile parfois. Elles prennent des tas de risques notamment d’être exploité.e.s par des commerçant.e.s sans scrupules! Elles sont rémunéré.e.s trois fois moins que le SMIC. D’autres demandeurs/euses d’asile (LGBTI), faute de trouver un travail au «black», sont exploité.e.s par des proxénètes qui les obligent à exercer le travail du sexe en les menaçant de diverses choses.
Face à ça il y a le terrible problème de la bureaucratie française: les autorité de la ville de Marseille refusent souvent des droits mentionnés dans le dossier de l’OFPRA, des droits qui reviennent automatiquement à la personne demandeur l’asile. À titre d'exemple: le droit à la CMU (la couverture maladie universelle), la carte de la RTM (Régie des transports de Marseille) prise en charge à 100%… Le harcèlement de la police s’ajoute pour beaucoup à cette situation déjà dramatique qui fait que certain.e.s demandeurs/euses d’asile parmi nous tombent dans la dépression et il y a même des échos de cas de suicide.
Pour celles et ceux à qui l'État français accorde l’asile au bout de 8 à 9 mois d'attente interminable, le statut reconnaissant la qualité de réfugié.e LGBTI ou politique signifie encore une fois une naissance, une nouvelle naissance, se reconstruire à nouveau tout en sachant qu'on recommence tout à zéro. Elles et ils se disent: «Enfin la délivrance!»

Bien au contraire, pour les réfugié.e.s que nous sommes c'est une nouvelle naissance certes, mais une naissance dans la douleur, la déchirure vis à vis de la terre qui nous a vu naître, nos vies, nos famille et nos histoires respectives, se reconstruire à nouveau dans une terre inconnue et souvent hostile!
Les bâtons dans les roues commencent déjà au niveau de l'administration bureaucratique, (la préfecture, la CAF, Pole Emploi etc.).
Pour revenir à la ville de Marseille qui est considérée comme la deuxième ville de France, dans la région Paca, il y a beaucoup de xénophobie et homophobie vis a vis de nous les personnes réfugiées (LGBT), même de la part des gays. À titre d'exemple cette été à la Pride de Marseille où j'ai tenu à avoir le drapeau algérien sur le char de tête pour dire «Nous sommes là, nous les homos de l'Afrique du Nord. Nous sommes victimes des lois homophobes dans nos pays respectifs, en revanche nous continuons ici à partir de notre exil forcé le combat pour les droits LGBTI».
Malheureusement une demi-heure après le départ de la Pride du parc Longchamp ou niveau de la station Réformés-Canebière, j'ai été agressé à deux reprises par des homophobes sur l'itinéraire, et à deux reprises des gays qui étaient censés assurer la sécurité de la Pride m'ont dit «Nous n’avons rien à foutre du drapeau algérien et des gays algériens».
Voilà où nous en sommes aujourd'hui en France.
La solidarité des personnes LGBTI d'ici envers les LGBTI réfugié.e.s est très rare à cause de l'individualisme de la société française et la politique actuelle de la république française, que ce soit un gouvernement de gauche ou de droite! Aujourd'hui il faut faire une politique de communication avec et envers les personnes réfugiées et demandeurs d'asiles LGBTI, pour qu’elles ne restent pas seules face à toutes les difficultés administratives, humanitaires. Leur proposer d'aller vers le peu d'associations qui peuvent les soutenir sur le terrain.
Pour conclure ce témoignage, si les personnes LGBTI demandeuses d'asile ou réfugiées se retrouvent à un moment ou un autre dans les pays où le droit à la différence n'est plus pénalisé, mais bien au contraire protégé, c'est parce que dans leurs pays d'origine il y a des lois criminalisant l'homosexualité. Ces personnes sont doublement victimes simplement parce que leur nature est niée, ce qui fait d'elles des cibles d'agressions homophobes, de viols, de lynchages publics, d'emprisonnement, d'assassinats.
Zak Ostmane, militant LGBT algérien réfugié en France, à Marseille
Lire aussi: Algérie: Un gay publie un manifeste pour la dépénalisation de l’homosexualité Algérie: Un militant gay menacé pour son opposition au régime d’Abdelaziz Bouteflika
Une première version de ce texte a été publiée dans la brochure de la Pride Marseille 2015.

mercredi 11 novembre 2015

Berlin / Hotel Quentin. xantener Strasse 4. / Notre expérience.

 L'hôtel Quentin (celui de xantener Strasse, proche du Kurfürstendam) semble un excellent choix quand il vous est conseillé par un ami (mais parle-t-il vraiment du même hôtel Quentin?). Les photos montrent des installations design, les avis parlent de rénovations en 1999, puis en 2012, puis en 2014? Un offre avec petit déjeuner est disponible et c'est le choix que nous faisons pour 8 nuits au début de Novembre 2015.
  • Chambre avec lit double King size pour 2 et petits déjeuner sur place. 
  • Réservation sur ebookers.fr en aout 2015.

Les éléments déterminants :

  • recommandé par un ami (qui s'est en fait trompé de Quentin)
  • tarif dans nos prix : environ 70€ par nuit 
  • inclut le petit déjeuner "froid" pour 2 sur place
  • le design et les critiques , alternant entre bonnes et moins bonnes, comme d'habitude sur trip advisor.
  •  la possibilité annoncée de garder les valises, à l'entrée comme au départ.
  • la liaison directe par bus depuis l'aéroport 
Le site  http://quentinberlin.com/ annonce (en anglais) :

"Idéalement situé , à seulement 2 minutes à pied de la célèbre rue et la station de métro Kurfürstendamm. Le Quentin Berlin Hôtel dispose de chambres climatisées spacieuses avec télévision LED intelligentes , WiFi gratuit dans toutes les chambres et les espaces publics , les planchers de bois naturel , le balcon privé ( la plupart des chambres ) , grande salle de bains moderne avec du marbre italien , douche de pluie et équipements gratuits . L'hôtel est entouré de restaurants , bars et boutiques . Petit-déjeuner buffet et un parking privé est disponible à l'hôtel .

Arrivée : 

  • Le check in nous permet de nous installer en avance par rapport aux horaires annoncés : pas besoin de laisser les valises et d'aller faire un tour.
  • En revanche, l'un de nos éléments de choix est remis en question dès le départ : pas de petit déjeuner! l'hôtel est en travaux (comme souvent depuis que tripadvisor existe, apparemment) et la salle de petits dejeuner inaccessible. 10 euros par petit déjeuner par personne seront recrédités sur ma carte bleue mais c'est un mauvais signe dès le départ : nous avons réservé et payé il y a plus de 2 mois et personne ne nous a contactés pour nous prévenir.
  • Une caution non prélevée est demandée avec présentation d'une carte de crédit alors que le séjour est réglé depuis plus de 2 mois.
  • Une seule carte clé pour deux  : impossible d'avoir un pass chacun quand on a un lit double.

La chambre:


  • Chambre 205, ascenseur 3 personnes bien fatigué, escalier de même mais joli couloir sombre et élégamment éclairé pour mener aux chambres. 
  •  Entrée par carte. Petite entrée éclairée avec salle de bain à gauche et rangements à droite. 
  • Chambre avec grand lit à gauche, enorme miroir à droite, canapé en fond devant la baie vitrée et
    un bureau à droite. 2 luminaires ikea Melodi à 5 euros installés aux deux bouts de la diagonale, plutôt bien intégrés mais peu originaux.
  • Baie vitrée avec balcon (juste pour jeter un coup d'oeil, 40 cm maxi de largeur) ou pour fumer une clope.
  • Chauffage/air conditionné par air pulsé réglable dans l'entrée. Nécessite un délai, un peu bruyant mais agréable de faire sa propre ambiance selon son goût.
  • Petit réfrigérateur  encastré et vitré avec fournitures et tarif assez raisonnable pour dépanner. Lent au refroidissement de ce qu'on lui rajoute mais aucun bruit ni vibration.
  • Très grand lit (180cm de large) qui semble mou à l'accueil mais ferme en dessous en vérité. Un seul oreiller (plumes) très soft par personne. Il faudra demander deux jours de suite pour avoir des oreillers supplémentaires. 2 couettes individuelles.
  • 2 lampes de chevet Ikea Lampan (moins de 3 euros au catalogue) ont remplacé celles affichées sur les photos mais s'intègrent bien au design même si l'une a le pied cassé mais utilisable et qu'on les a vues partout.. Malheureusement, les deux ampoules à filament antédiluviennes sont mortes et il faudra demander le changement qui sera fait dans l'après-midi par des ampoules led (très efficaces). Les tables de chevet sont simples mais une protection verre est absente. Maintenance?
  • Joli bureau/console moderne  large pour 2 personnes mais une seule chaise. Va-t-il encore falloir demander? Lampe de travail chromée Ikea Forsa basique ( et très connue) malheureusement équipée d'une ampoule à incandescence peu agréable dispensant une faible lumière jaunâtre.. Petit bloc papier dans porte bloc matelassé monogrammé. Télécommande de TV dans un étui matelassé monogrammé. Petit ABC de l'hôtel dans un étui matelassé monogrammé. Belle corbeille à papier monogrammée.
  • Très grande télé LCD mais fixée sur le profil du canapé. Ni des spectateurs assis sur le canapé, ni couchés sur le lit ne seront face à l'écran. Seul un spectateur allongé sur le canapé peut être face à l'écran mais sans aucun coussin, le dossier fin sera bien dur. Les seules chaines installées sont de la tv à l'ancienne de très mauvaise qualité et en allemand. Il faudra que nous procédions à une recherche des chaines cable et TNT pour obtenir 8 chaines de meilleure qualité en TNT. Pas de chaine cablée mais Arte TNT a quelques programmes doublés en français sous condition de maitriser la télécommande dont les piles se fatiguent après quelques pressions. Maintenance? Possibilité de brancher une source personnelle en hdmi sur le côté. Le DLNA etl' airplay sont annoncés possibles d'origine (smart TV de la pub de l'hôtel) mais impossible de se connecter en DLNA.
  • Les rideaux de nuit sont refermables et ouvrables électriquement par 2 interrupteurs encastrés vers le lit. Cela fonctionne très bien.
  • Chaque table de nuit cache un éclairage de nuit en bas de mur. Agréable.
  • La baie vitrée semble assez récente mais la porte ferme mal (réglage à faire) et la rue est malheureusement très audible. Encore un problème de maintenance...

La Salle de Bains

  • Joli plan de lavabo avec jolie vasque ovale et mitigeur design. Attention avec le mitigeur : un jet moyen trempe le plan de céramique, un jet fort mouille les chaussures. Le mitigeur est installé trop loin de la vasque et le bec verseur plat rend chaque utilisation bruyante. Très design mais peu pratique. Joli et commode miroir grossissant éclairé mobile et fixé au mur. Un miroir suspendu coulisse sur toute la longueur de la salle de bains.
  • Une grande baie vitrée donne sur la chambre, isolée par un store installé dans le double vitrage et réglable par télécommande au mur. Malheureusement, il doit s'agir d'une télécommande sans fil et les batteries semblent encore une fois fatiguées : difficile d'interrompre l'orientation, la montée ou la descente quand elles ont démarré.
  • Grande douche à l'italienne sur sol de marbre, fermée par un large vitrage et, éventuellement, par la porte de salle de bain qui peut aussi la fermer,  car elle s'ouvre aussi vers l'intérieur. Douchette design plate avec forte pression qui donne une réelle impression de confort et d'opulence. Douche de ciel design plus douce pour un jet façon pluie. Robinets chaud/froid muraux très design mais ni mitigeur, ni possibilité de garder la température. Carrelage et sol très réussis et bien conservés.
  • Radiateur sèche serviette chromé au mur de la douche. Utilisation par le système de chauffage central et bon fonctionnement en novembre après avoir manœuvré les robinets intégrés du bas. Très agréable. Déshumidification de la pièce par vmc.
  • 1 serviette de bain et 1 petite serviette par personne. 1 tapis éponge assorti. Tout est changé tous les jours, qu'elles soient à terre ou suspendues, malgré les avertissements d'alerte au gâchis affichées. 1 tube de shampoing, 1 tube de conditionneur, 1 mini savon de lavabo, quelques cotons tiges et lime carton dans un coffret mais  Aucun réapprovisionnement en 8 nuits.
  • Toilette suspendue avec abattants design mais non  freinés. Chaque fois qu'on se lève, l'abattant  frappe bruyamment le mur. Chasse d'eau à économie mais le plus souvent, l'eau
    continuera à goutter bruyamment en fin de remplissage.
  • Poubelle de bonne qualité vidée quotidiennement, rouleaux approvisionnés, plateau accueillant les petites serviettes, pèse personne électronique mais piles HS. Faut il encore demander au bureau?

L'entrée

  • Grande niche de rangement, tiroir vitré pour cravates ou petits objets.
  • Armoire encastrée à deux portes : penderie avec 3 cintres de qualité et espace en dessous pour des valises moyennes installées debout. 5 niches pour les vêtements, un sèche cheveux et un coffre fort électronique à 6 chiffres (pas moins de 6, contrairement à ce que dit le mode d'emploi). 
  • Insertion de la carte d'entrée pour déverrouiller les éclairages et les prises de courant (débranchées par le personnel de ménage de toutes façons).
  • Revêtements de sols stratifiés malgré la publicité de l'hôtel.

Check out.

  • oui, il est bien possible de laisser ses valises en journée lorsque le vol de retour est tardif
  • oui, les petits déjeuners dont on nous a privés étaient bien recrédités dès le 2eme jour sur la visa.
  • Apparemment, le surlendemain du retour, pas de prélèvement de la caution.
Voilà ! Ni au top, ni complètement décevant... L'hôtel Quentin du Kurfürstendam semble surtout souffrir de problèmes de maintenance. Personne pour tester les lampes de temps en temps? Pour écouter si la chasse d'eau fuit?
Quelques problèmes de conception également : le mitigeur de lavabo, l'abattant de toilettes qui tape le mur alors qu'une mousse autocollante l'éviterait.
La situation proche du Kurfüstendam est à la fois un bien et un mal : quartier luxueux et clinquant mais peu de lieux pour manger ou faire des courses. Agréable brasserie (le Xantener Eck) et petits déjeuner aux chaines de boulangerie (Back Factory notamment), frais et abordables.
Etait-ce dû aux travaux? Pas mal de bruit l'après-midi. Comme souvent en voyage, nous avons dormi avec des boules dans les oreilles mais, en les enlevant, nous avons remarqué que le personnel de service des chambres s'interpelait bruyamment le matin dans le couloir, estimant sans doute que tous les clients étaient  partis à 9h du matin. Pas très 4 étoiles tout ça.

AL 2015 11 11



http://quentinberlin.com/