samedi 18 octobre 2008

Un Tueur Peut En Cacher Un Autre , Corinne Herrmann, roman, documentaire



Corinne Herrmann, dans « Un tueur peut en cacher un autre », explique comment les tueurs en série chassent souvent dans le même domaine au même moment, une méthode utile pour brouiller les pistes et se sauver les uns les autres.
De même, elle nie ce que les profileurs américains ont institué en règle : non, les tueurs en série ne tuent pas en solo mais ont souvent des complices, ce qui perturbe également l'analyse des indices... qui n'a souvent pas besoin de cela.
Culture du secret chez les enquêteurs (police et gendarmerie, même isolationnisme), manque de moyens, refus de demander de l'aide, mauvaise conservation des indices (scellés conservés n'importe où, n'importe comment), refus des notables locaux d'assumer une mauvaise publicité : on s'aperçoit que des tueurs non encore arrêtés ont sévi et sévissent encore en France. Leur terrain de chasse n'est pas « la grande ville » que l'on dit si anonyme et déshumanisée mais plutôt la Route et l'autoroute qui permettent de chasser, tuer, disparaître en quelques heures...
Si le livre semble souvent confus et oblige quelquefois à faire appel à ses propres souvenirs pour comprendre les argumentations de l'auteur, le constat est accablant! Le femmes de tous âges, les enfants ou les jeunes hommes sont encore et toujours en danger et des tueurs récidivistes sont toujours en action à deux pas de chez soi.
Voici un large extrait de l'épilogue de ce livre : les [encadrés] sont rajoutés pour expliquer ou abréger l'original.

Corinne Herrmann.(avec Philippe Jeanne) Un tueur peut en cacher un autre ( comment les serials killers passent à travers les mailles du filet). Stock 2008. (dotation des bibliothèques Ville de Paris)

Epilogue. [...] si les tueurs dont nous avons parlé jusque ici [Fourniret, Francis Heaulme, Emile Louis, Pierre Chanal,Muenstermann ...] ont été interpellés, sont emprisonnés ou morts, il reste les autres. Ceux qui agissent actuellement, certains depuis les années 1980, d'autres depuis moins de temps. Que fait-on les concernant ?
Dans le sud de la Bourgogne, tant de jeunes filles ont connu une mort violente. [...]
Sylvie est une jeune femme de vingt-trois ans. Elle rentre tranquillement chez elle en cyclomoteur après son travail. Il fait froid, il fait nuit, on est le 14 novembre 1986. Elle qui redoutait de prendre la nationale à cause des camions, se volatilise sur cette route moins fréquentée. Mais une route facile à atteindre de l'autoroute. Qui a-t-elle rencontré ce jour-là ? Nous ne le savons toujours pas, l'affaire reste mystérieuse. Son corps sera retrouvé quelques mois plus tard dans la rivière, des liens enserrent ses poignets et son cou. Aujourd'hui, l'affaire est toujours en suspens...
Le 18 décembre 1986, tandis que l'on recherche encore Sylvie, Christelle Maillery, seize ans, rentre du collège. On la voit passer sur son chemin habituel. Il est midi, il pleut à verse, elle n'arrivera jamais chez elle. On la retrouve une heure et demie après, gisant dans la cave d'un immeuble proche du sien. Christelle a été tuée de trente-trois coups de couteau et étranglée. Cette affaire non plus n'est pas résolue ; pire, la justice a purement et simplement oublié Christelle pendant longtemps
Comment expliquer qu'un magistrat ait décidé de clore son enquête au bout de moins de trois ans par un non-lieu, au prétexte qu'on ne trouvait rien ? C'est une véritable démission ! Un tel dossier ne devrait jamais risquer d'être clos. Comment admettre qu'un juge se débarrasse ainsi d'une affaire ? L'instruction a été rouverte depuis, mais il n'existe plus de scellés, ils ont été détruits, sans que personne n'ait pensé à effectuer des analyses auparavant ! A moins que ce soit par choix, pas de dépenses pour une telle affaire, il y a plus urgent, plus important...
Sauf que l'hécatombe continue. C'est le tour de Marthe et Nathalie, retrouvées sur l'aire de Saint-Albain, nous avons vu ( châpitres précédents) comment elles ont été tuées. Là encore, ces affaires ne sont toujours pas résolues.[...] Pour Marthe ou Nathalie, pas de réponse de la justice. Pour Marthe, un véhicule avec quatre occupants l'aurait prise en stop. Que s'est-il passé ? Marthe n'a eu d'autre solution que de sauter en marche, choisissant la mort... Pour échapper à quoi, à qui ? La justice s'en fiche. [...] Quant à Nathalie, des scellés prélevés sur la scène de crime – des cheveux, des bouts de chair – se sont perdus entre les deux laboratoires qui devaient les ana­lyser et le tribunal... Mais peu importe. Les autres ont été conservés dans des conditions inavouables, sans protection, mêlés à d'autres. Parmi eux, pourtant, l'arme du crime, tachée de sang et tenue par la main du tueur... Là encore, qu'importe. [...]
De 1986 à 1990, il y eut une petite accalmie en Saône-et-Loire.[...] De 1987 à 1990, les meurtres se concentrent alors dans la région d'Auxerre, mais toujours le long du trajet de l'autoroute A6 : [Outre Isabelle Laville (1987), Marie-Angèle Domece (1988),Joanna Parrish (1990) revendiquées par Fourniret] Danielle Bernard (1989), Sylvie Baton (1989), ... Deux tueurs au moins ont l'air d'être impliqués dans ces affaires : Fourniret – il a avoué les meurtres d'Isabelle, Joanna et Marie-Angèle –et aussi Ulrich Muenstermann,un tueur allemand déjà condamné dans son pays pour plusieurs viols ou tenta­tîves de viol, et un meurtre, celui de Karen Ehme en 1983. En cavale en France à partir de 1986, il sillonnera à plu­sieurs reprises le pays au volant de sa camionnette blanche et bleue et se rendra notamment à Avallon, où il est sus­pecté du meurtre de Sylvie Baton en 1989. Sa trace géné­tique a été retrouvée sur des scellés qui manifestement avaient été mal, ou pas exploités auparavant. Il fallut attendre que le septième juge d'instruction saisi du dos­sier décide de mettre en oeuvre tous les moyens pour le faire enfin avancer. Mais combien de magistrats ont-ils cette conscience professionnelle ? Au moment de presque toutes les affaires du Sud-Bourgogne, Muenstermann est libre. C'est donc une piste à vérifier... Pour autant, le sera-t-elle ?
Et qui s'est intéressé à cet autre tueur en série qui a sévi dans l'Yonne au début des années 1992 ? Alors que Four­niret et Muenstermann s'y croisaient, un autre passait dans leur ombre : Jorge Garcia Barbas, un chauffeur rou­tier portugais, qui vivait en Seine-et-Marne. Il reconnaîtra avoir tué deux auto-stoppeurs et un VRP courant juillet 1992. Ce dernier sera tué dans la région de Fontaine­bleau, et l'un des deux auto-stoppeurs, un jeune homme d'origine australienne, près de Nemours, non loin du lieu où Fourniret agressa un représentant. On retrouvera son corps au bord de l'A6, à hauteur d'Avallon, ce qui vaudra à Barbas d'être jugé à Auxerre. Mais a-t-on seulement reconstitué tout son périple sanguinaire dans la région ? A-t-on recherché toutes ses victimes ? Rien n'est moins sûr !
[...]
À Mâcon, Carole, treize ans, revient de faire des courses ce samedi 18 novembre 1990. Elle n'arrivera jamais chez elle. Elle sera retrouvée le lendemain dans un bois à plus d'une dizaine de kilo­mètres de son domicile, tuée de quatre coups de couteau, étranglée, brûlée. Une scène de crime qui ressemble à s'y méprendre à celles laissées par Francis Heaulme. Les enquêteurs y penseront, mais les vérifications effectuées sont incomplètes. Son empreinte génétique sera vérifiée tardivement, elle ne correspond pas à celle retrouvée sur la victime, mais cela ne suffit pas à le disculper, ce peut être celle d'un complice. Connaissant Francis Heaulme, il est incompréhensible que son implication n'ait pas été réelle­ment vérifiée [l'auteur Corinne Herrmann montre dans son livre que, contraîrement à ce que nous assènent les films, séries et profileurs professionnels, les tueurs en série agissent souvent avec des complices]. Mais en France, lorsque la série officielle de meurtres a été « décrétée », on ne revient pas dessus. On ne peut plus obtenir de nouvelles vérifications (y a-t-il eu des directives ? ... ) et on perd alors toute l'expérience de ceux qui connaissent l'homme.
Il en va de même pour Émile Louis. Dans le Sud [de la France] où il S'est installé, il y a eu des morts et des disparitions inexpli­quées, toujours dans son environnement. Aucune de ces affaires n'est examinée. Pourquoi ? Peut-être parce que ces dossiers ne sont pas confiés à des spécialistes de ces prédateurs. Il faudrait en effet créer une cellule d'enquête confiée à un juge et à des enquêteurs spécialisés. Ne plus laisser de telles enquêtes entre les mains de services capables d'affirmer à des parents qu'il n'y a pas de tueur en série en Saône-et-Loire, les modes opératoires ne se ressemblant pas. C'est ce que soutiendra l'un des respon­sables des services de police locaux. Pourtant, ces affaires figurent bien dans la liste des soixante répertoriées en France et qui pourraient correspondre au mode opéra­toire de Fournirez. Parmi elles, figurent certains des meurtres non résolus de Saône-et-Loire, comme celui de Christelle Bletry. Mais rien n'est fait, et Marie-Rose Bletry, sa mère, continue de crier son désespoir à ne plus en pouvoir. Et ces familles vivent une lente agonie...
Le 27 décembre 1996, Christelle [Bletry ] rentrait d'une soirée avec des amis à Blanzy, la petite ville où elle habitait. Elle marchait tard dans la nuit le long de la route, un bout de nationale, puis une petite voie... Elle sera retrouvée le len­demain matin, gisant sur le bas-côté, criblée de cent vingt-trois coups de couteau. Qui est ce tueur fou ? Une chose est sûre, cet assassin est libre depuis plus de dix ans... On le laisse courir tranquille. Pourquoi personne ne fait rien ? Un fou criminel est libre parmi nous, et ni les politiques, ni les magistrats, ni aucune des autorités sollicitées ne réa­gissent. Pourquoi ? Pourquoi ne nous révoltons-nous pas ? Tant de pourquoi auxquels seuls quelques jour­nalistes tentent de répondre de leur plume. Mais ils dérangent. Alors certains font tout pour masquer leurs insuffisances professionnelles, tout pour que rien ne leur soit demandé, qu'on les laisse en paix, et il existe un moyen efficace d'obtenir cette paix :
-livrer à d'autres jour­nalistes bien choisis des informations erronées,
-allumer un contre-feu, quitte à discréditer les victimes.
On a mis en place des systèmes d'analyses et de rappro­chements, pourtant, là encore, aucun lien n'est établi, pas même avec les autres dossiers non résolus dans lesquels la victime a succombé dans des conditions semblables. Alors, pour les affaires non résolues du Sud-Bourgogne, l'association Christelle, qui rassemble les mamans des vic­times, a fait appel à des enquêteurs privés. Eux ont trouvé des dossiers qui mériteraient d'être rapprochés. Faudra-t-il que cette association résolve elle-même ces affaires ? Elle n'a cessé de solliciter la création d'une cellule d'enquête, qu'on lui a refusée au motif que les dossiers sont trop anciens, qu'il n'y a pas assez d'enquêteurs dis­ponibles, invoquant même une guerre des polices...
Sur le dossier Christelle aussi, la justice a gravement dysfonctionné. À sa tête, un magistrat qu'on dit dépressif, qui ne demande aucune analyse des vêtements de la victime, aucune recherche ADN, incroyable ! Pire, les scellés sont conservés sans protection au milieu du fatras de la salle des scellés. Pourtant, ce magistrat défaillant ne sera probablement pas considéré plus coupable que ceux d'Auxerre. Il répond volontiers aux interviews télévisées et, parlant des victimes du Sud-Bourgogne, il les appelle « ces gens » ! Celui qui lui a succédé tente désormais, avec courage et humanité, de rattraper les dégâts, avec l'aide d'un procureur qui fait, lui aussi, ce qu'il peut... Mais ces magistrats travaillent sans moyens et on ne leur dégage pas le temps nécessaire pour étudier ces dossiers non résolus. Pourtant, ils devraient s'y consacrer exclusive­ment et disposer d'enquêteurs qui ne travailleraient que sur ces affaires. Mais il n'y a qu'un seul enquêteur...
Les « gens », ce sont aussi les parents de Virginie, dix-sept ans. Nous sommes le 7 février 1997, moins d'un mois et demi après le meurtre de Christelle. Le corps de la jeune fille est retrouvé dans l'eau, un lieu accessible par une bre­telle qui quitte l'autoroute. Elle a été défigurée, elle est bâillonnée et a les mains attachées dans le dos. Le dossier est confié au même magistrat dépressif... Même catas­trophe.
Deux meurtres si rapprochés qu'on ne rapproche pas. Le dossier est clos. [...]
Pourtant, « ces gens » feraient mieux de se taire, comme la maman de Vanessa, dix-sept ans, disparue dans la nuit du 2 juin 1999 et dont le corps est retrouvé dans la Saône, non loin de Mâcon, dévêtu. Là encore, on apporte peu de soin au dossier. D'autres seront retrouvées ensuite dans le même périmètre... Et là non plus, aucun rappro­chement ne sera effectué. Il est vrai que « ces gens » étaient de petites gens...
Et il y en a tant d'autres dans la région !
Les deux jeunes auto-stoppeuses belges disparues de Mâcon avaient pris la route vers Aix-les-Bains. La dernière fois qu'elles ont été aperçues, ce serait à Mâcon, sur la voie rejoignant l'auto­route.
Il y a aussi la jeune inconnue dont le corps a été retrouvé dans un sac avec son bébé. La liste est trop longue, trop douloureuse... Tous ces meurtres se concen­trent dans une toute petite zone, une zone qui draine le plus important trafic autoroutier, routier et ferré de France et d'Europe. Mais il n'y aurait rien à voir, rien à rapprocher, ce ne seraient pas les mêmes tueurs. Ceux qui nous disent qu'on ne peut créer de cellule d'enquête, arguant que ces crimes ne sont pas liés, sont en échec, incapables d'identifier les tueurs de ces jeunes filles. Comment peuvent-ils alors formuler de telles affirma­tions ? Dans l'Yonne, on nous avait dit : « Plus jamais ça ! » Et pourtant... C'est certain, dans la Saône-et-Loire, plusieurs tueurs en série, connus et inconnus, se sont côtoyés, ont emmêlé leurs pistes sanglantes. Nous l'aurons dit.
Cependant, sur place, pas de prédateurs des prédateurs [les prédateurs sont sans présateurs puisque la police est inéfficace, un signal fort qui entraîne à poursuivre la chasse et attire d'autres tueurs], pas de chasseurs de criminels. Rien. Le champ est
libre et des jeunes filles continuent de mourir ou disparaître, car l'espace est ouvert au crime. [ Remarquez qu'on n'a parlé ici que des victimes dont les corps ont été retrouvés]Et un prédateur sans prédateur n'a guère de limites. Il bénéficie du contexte local et de l'incapacité des institutions à traiter de telles affaires. C'est de cette manière que les institutions contribuent, à leur façon, à favoriser la carrière des tueurs en série. C'est précisément ce qui s'est passé dans la région auxerroise où un juge avouera : « On a refusé d'instruire, on a fermé le robinet, on ne voulait plus ouvrir d'affaires... » [une affaire précédente « ratée » avait paralysé les services de gendarmerie, police, instruction, justice].
Quant aux journalistes locaux qui devraient alerter, ils ne rendent pas compte de cet état de fait et donnent plus volontiers la parole à ceux qui veulent que ces mamans lâchent prise, quitte à les discréditer. Hormis France 3, ils ne traitent ces affaires qu'avec désintérêt et produisent le plus souvent des articles truffés d'inexactitudes. Est-ce parce que les personnalités locales ne souhaitent pas que leur ville ou leur région fasse la une des journaux de cette façon ? Il y a de nouvelles disparitions que l'on tait, de nouvelles morts que l'on classe en douce, et d'autres dossiers qui végètent. On nous reproche [ dit l'auteur Corinne Herrmann] de créer la psy­chose en avertissant, via les médias nationaux, les jeunes femmes de la région que des prédateurs sont là, qui les guettent, et qu'elles doivent prendre des précautions. Là où d'autres pays mettraient en place des mesures de pro­tection et alerteraient la population, en Sud-Bourgogne, on ne fait rien.
Et le drame est qu'il existe d'autres séries, d'autres triangles de la mort où les affaires non résolues s'accumu­lent. Tous se trouvent à proximité de grands axes de circu­lation, ces axes au bord desquels meurent des anges...
Restent des paroles que, professionnel de l'enquête ou de la justice, conducteur, piéton ou auto-stoppeur, l'on doit bien se garder d'oublier. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire