jeudi 13 mars 2014

J'ai lu 13 hours & 13 heures de Deon Meyer




Je n' ai pas encore réussi à prendre en faute Deon Meyer.
En le lisant en traduction française comme en anglais, ses bouquins sont absolument passionnants et je trouve qu'on ne pense pas assez à cet auteur au moment de s'offrir ou d'offrir un polar.
Plutôt que les bannières  "prix de la police montée" ou "choix des femmes de Bagnolet" et autres conseils de libraires radiodiffusés qui s'extasient sur des bouquins ...euh...bof,  " 7 Jours" ou "Le Pic Du Diable" étaient excellents et je n'ai pas été déçu avec "13 hours" qui se déroule sur...13 heures d'une seule journée, à Capetown en Afrique du Sud.

 

Pitch :
Le gouvernement impose ses nouveaux policiers encore inexpérimentés et le "vieux" Benny Griessel a pour mission de les chapeauter sur deux enquêtes qui apparaissent le même jour : le meurtre d'un producteur connu de musique et une deuxième affaire, le meurtre sanglant d'une jeune américaine ainsi que la fuite de sa  copine dans les rues de la ville, à la recherche d'un abri.
Facile pour une jeune américaine blanche de demander de l'aide dans les quartiers blancs du Cap? Détrompez_vous! Surtout que la jeune fille, poursuivie par un  groupe de mecs armés, semble vouloir éviter l'aide de la police. Les différents enquêteurs sont très bien rendus et Benny Griessel suivi par l'auteur sur plusieurs bouquins est impayable.

Bilan : 
Le bouquin est haletant en ce qui concerne la fuite de la jeune fille qui, heureusement, ne manque pas d'idées. Pour une fois, le lecteur se dit qu'il ne pourrait guère faire mieux qu'elle et souvent moins bien.
Le meurtre du producteur montre comment les anciens blancs tout puissants continuent de tenir à distance et à mépriser les nouveaux détenteurs de la force policière, quelque soit leur couleur.
L'enquêteur est identique à lui même d'un roman à l'autre, malgré ses évolutions, et nous livre notamment une croustillante conversation roublarde qu'il a avec son fils qui veut se lancer dans la musique...
Deon Meyer sait vraiment faire vivre le polar d'investigation.





Conversation entre Griessel et son fils qui veut arrêter le lycée pour faire de la musique

He got into his car, took his cell phone's hands-free kit out of the cubby hole, plugged it in and drove away to Buitengracht and the Nl.
'Hi, Dad.'
'How's it going, Fritz?'
'No, cool, Dad, cool.'
'Six thousand rand for each ou in the band?'
'Yes, Dad. Awesome, and they pay for our meals and accommodation and everything.'
'That's fantastic,' said Griessel.
'I know. A professional musician doesn't need Matric, Dad, I mean, what for, why must I know about the sex life of the snail? Dad, you and Ma must sign this letter, because I'm only eighteen in December.'
'Bring me the letter, then, Fritz.'
'Really, Dad?'
'Sure. A guy doesn't need more than six thousand a month. Let's see, your flat will cost you about two thousand a month ...'
'No, Dad, I'll still stay at home, so ...'
'But you will pay your mother rent, won't you? For laundry and cleaning and the food?'
'You think I should?'
'I don't know, Fritz - what do you think is the right thing to do?'
'Sure, Dad, that sounds right.'
'And you will need a car. Let's say a payment of about two thousand, plus insurance and petrol and services, three, three and a half...'
'No, Dad, Rohan picked up a Ford Bantam for thirty-two. A guy doesn't need a grand car to start with.'
'Where did he get the thirty-two?'
'From his father.'
'And where are you going to get thirty-two from?'
'I... er ...'
'Well, let's say you save two thousand a month for a car, then that's only fifteen months, a year and a half, then you'll have your Bantam, but we are already at expenses of four thousand, and you haven't bought any clothes, or airtime for your phone, strings for your guitar, razor blades, aftershave, deodorant, or taken a chick out for dinner ...'
'We don't call them "chicks" any more, Dad.' But the first signs of understanding crept into his son's voice and the enthusiasm had begun to wane.
'What do you call them?'
'Girls, Dad.'
'When the tour is over, Fritz, where will the next six thousand a month come from?'
'Something will come up.'
'And if it doesn't?'
'Why do you always have to be so negative, Dad? You don't want me to be happy.'
'How can you be happy if you don't have an income?'
'We're going to make a CD. We're going to take the money from the tour and make a CD and then ...'
'But if you use the money from the tour for a CD, what are you going to live on?'
Silence. 'You never let me do anything. A dude can't even dream.'
'I want you to have everything, my son. That's why I am asking these questions.'
No reaction.
'Will you think it over a little, Fritz?'
'Why do I have to know about the sex life of the snail, Dad?'
'That's a whole other argument. Will you think about it?'
A slow and reluctant 'Yeeeaah, sure.'
'OK, we'll talk again.'
'OK, Dad.'
He smiled to himself in the car on the N1. His boy. Just like he was. Lots of plans.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire