lundi 13 mars 2017

Une consommation affichée surévaluée de 500% dans un test de 9 compteurs intelligents d'électricité par une université européenne

Quand la consommation d'un particulier est mesurée par un seul
compteur et qu'il est faux, comment va-t-il pouvoir obtenir justice?



Au moment où EDF fait le forcing pour imposer ses compteurs intelligents Linky et alors que la méfiance est bien présente chez les usagers, une étude de l'Université de Twente ( Pays-Bas) en a testé 9 modèles de plusieurs types.



Des erreurs de mesure énormes



Les résultats sont effarants en matière d'erreurs dans la consommation annoncée par ces appareils : Surévaluées jusqu'à 6 fois (580%), les consommations d'électricité affichées n'ont plus rien à voir avec la réalité de la consommation réelle. Et pourtant, c'est la mesure du compteur qui sera facturée.







https://www.utwente.nl/en/news/!/2017/3/313543/electronic-energy-meters-false-readings-almost-six-times-higher-than-actual-energy-consumption



La Tribune.fr et ensuite Le Figaro.fr  relayent en français la publication de l'Université de Twende (NL) qui a testé les mesures affichées de 9 compteurs "intelligents" du marché sur différents appareils et éclairage et dont les constatations émettent de sérieux doutes sur "l'intelligence" de ces compteurs . Censés nous aider à faire des économies (argument d'EDF), ils font déjà l'objet de plaintes de premiers utilisateurs et on peut se l'expliquer :




  • Piètre consolation pour le consommateur : 2 compteurs ont annoncé des chiffres inférieurs de 30% à l'électricité consommée.






Tous les compteurs testés sont des modèles homologués en Europe entre 2004 et 2014.



Les conditions de l'expérience sont enregistrées et parfaitement reproductibles.




Consommer moins, c'est payer plus.


http://www.lefigaro.fr/conso/2017/03/12/20010-20170312ARTFIG00063-certains-compteurs-intelligents-surestimeraient-la-consommation-en-electricite.php



Selon les universitaires de Twente, une partie des erreurs de mesure des compteurs proviendrait qu'ils sont incapables de mesurer correctement les types de consommations des ampoules basse consommation (neon) et des lumières très basse consommation (leds) alors que le consommateur croit que ses économies en les utilisant se répercuteront sur sa facture.



Pour 50% des appareils, consommer moins en utilisant des éclairages led, c'est payer plus.





Les questions que je pose ici sont :




  1. Quand la consommation d'un particulier est mesurée par un seul compteur et qu'il est faux, comment va-t-il pouvoir obtenir justice? 






  1. Va-t-on bientôt nous facturer ce qu'on aurait dû consommer en ayant un bon éclairage au lieu de l'économie annoncée par l'utilisation des ampoules à très basse consommation? c'est apparemment ce que font 5 compteurs européens sur 9.











Alain Lacour ,13 mars 2017




Sources :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire