vendredi 28 novembre 2008

Du Fond De L'Abîme , Lee Child, roman


De plus en plus, les écrivains de romans à succès et de polars écrivent comme des scénaristes. En les lisant, on a l'impression qu'il n'y a plus qu'à faire le casting, des photocopies et de chercher un producteur et des subventions pour le tournage. Ces romans n'ont plus aucun intérêt littéraire et ils privilégient uniquement le sujet, l'histoire... en bref le scénario.
J'ai horreur de ça!
Que resterait-il de James Ellroy si on racontait ses livres ainsi? les metteurs en scène se sont à peu près toujours planté dans leurs adaptations cinématographiques même si "L.A. Confidential" (film) a détourné le risque en privilégiant l'ambiance et le rôle des acteurs. En tout cas, personne ne peut dire qu'il connait Ellroy ou John Irving parce qu'il a vu L.A.Confidential ou L'hôtel New Hampshire à la télé.

Pour Lee Child, on est dans un autre registre : il a été scénariste et responsable de tournage pour la BBC jusqu'en 1995, année où il s'est fait lourder lors d'une restructuration comme on les aime tant depuis une vingtaine d'année. Il a eu la bonne idée de se mettre à l'écriture, comme tous les créateurs semblent le faire dès qu'ils perdent leur job :
"Chéri, c'est enfin le moment que tu attendais pour écrire "un vrai livre", non?"
Généralement c'est raté et on s'aperçoit que cette idée de "vrai roman" était bien plus attrayante à l'état de fantasme que ce qui en découle comme produit fini.
Ici, semble-t-il, à la lecture des sites consacrés à l'auteur, c'est le jackpot ! J'apprends en faisant mes recherches que le roman dont je vous parle aujourd'hui "Au fond de l'abîme" n'est que le premier d'une série "à succès".
Ca tombe bien : j'ai bien aimé! Le héros débarque presque par hasard dans une petite ville américaine soignée et il est presqu'immédiatement accusé de meurtre.
Le côté "Injustice! Comment vais je prouver mon innocence?" n'est pas trop pesante et laisse vite la place à de l'action bien sanglante et, enfin, plutôt dénuée de scrupule. Le héros laisse peu de chances à ceux qui lui cherchent des poux dans la tête et ne fait pas dans le politiquement correct : on entend les vertèbres craquer ! Evidemment, il y a quelques amis anciens et nouveaux et même des implications familiales, ce qui n'est pas de chance si l'on considère que le vagabond-narrateur est arrivé dans cette ville un peu par hasard!
Autre thème : comment faire des faux billets de 100 dollars parfaits? La réponse est donnée ici, ce qui peut toujours servir en cette époque de défaites sociales, de baisse vertigineuse du pouvoir d'achat et d'incertitude des théories économiques.
Très imagé, certes "prêt à filmer" mais amusant malgré tout et pas mal de pages à tourner.
Il reste à essayer les autres volumes mais souvenez-vous que je vous en ai parlé le 1er ! (clin d'oeil à L.A.Confidentiel).

al101fr

Dans la vallée de l'ombre et de la mort , Kirk Mitchell, roman


Il y a peu, j'ai lu un autre roman de Kirk Mitchell qui marchait un peu sur les traces de Tony Hillerman et ses polars indiens. Celui d'aujourd'hui date de 1994 et est autrement plus ambitieux. Pendant la guerre de sécession, un médecin d'origine sudiste combat avec les yankees (on comprendra ses motivations profondes par étapes). Blessé au combat, handicapé, il se retrouve avec une activité de gestion des hôpitaux de fortune et lors d'une tournée, il recueille une jeune fille au psychisme troublé : elle a assisté à un viol, un meurtre, un incendie, tous perpétrés, semble-t-il par un soldat "bleu" des yankees. D'autres victimes apparaissent au fil du temps...
C'est superbe ! Un grand polar dans un grand bouquin. Pendant les 530 pages du livre de poche, on vit à cette époque, on ressent le trouble de l'enquêteur et sa complexité car de nombreux sujets sont abordés : les communautés américaines non violentes ont elles une place dans ces deux amériques? Faut il "médiatiser" cette histoire de tueur en série et entâcher ainsi la gloire des soldats yankee et perdre le soutien financier des élus? Le trauma de la jeune fille est il consécutif à l'horreur à laquelle elle a assisté? Ce médecin juif est-il à sa place et reconnu? Quel gradé est impliqué dans cette affaire?
On connait mieux également les grands noms de cette guerre et leurs côtés trop humains que l'histoire a oublié.
Un livre formidable et très prenant.
existe en poche "série noir" gallimard. ~11euros
en "le masque" ~6euros

Livres de kirk mitchell
En prêt dans les bibliothèques Ville De Paris.

vendredi 14 novembre 2008

Japon pratique : prendre le train, le métro... changer ou retirer de l'argent

En descendant de l'avion à Kansai, il faut prendre le train pour se rendre à Kyoto, Osaka, Kobe...
Attention, les billets achetés ne sont valables que le jour même : pas question, au retour, d'acheter son billet la veille pour dépenser tranquillement ses derniers yens...



Si vous n'avez pas changé d'argent auparavant, acheter des yens à l'aéroport peur être une bonne solution. Il est facile de retirer des yens avec une carte visa européenne dans les villes très touristiques, comme Kyoto. Mais à Osaka ou Kobe, c'est difficile!
A Osaka, on peut changer de l'argent près de la gare d'Umeda, au sous-sol du grand magasin Yodobashi Camera, universellement connu dans le quartier. Les responsables du change pourront vous indiquer l'unique distributeur compatible visa du quartier. (voir plus bas)


Ou changer des euros (par tranches de 120€ maxi):




Ou retirer des yens avec une visa?


A Kyoto, c'est assez facile : les distributeurs des "7/11 epiceries seven Eleven" semblent acceoter nos cartes. On peut essayer aussi les didtributeurs des banques SMBC.


A Osaka, rien dans les banques essayées, rien aux postes centrales : j'ai trouvé 1 distributeur dans les couloirs du métro à proximité de Yodobashi Camera.






Osaka- Umeda-Juso : Hotel Plaza Osaka : Yodobashi building




mercredi 12 novembre 2008

Voyage Aller, 2ème étape : d'Helsinki à Kensai




A l'arrivée au Japon, les empreintes du voyageur sont prises par scanner et "associées" électroniquement à son passeport jusqu'à son départ. Rapide.


Au retour, les réservations affichées sur le téléphone portable sont acceptées.


Wifi gratuit sur l'aéroport japonais. 




Attention : le beau train bleu affiché est un "rapit" (rapide) qui exige un supplément de 500 yens. Le modèle économique est moins design, plus lent, datant des années soixante mais nickel! On dirait qu'il sort de l'usine!

Voyage aller. 1ère étape de Paris à Helsinki

De Paris 10ème à Helsinki en passant par Roissy













 
 Etape suivante : arrivée dans le Kensai