samedi 20 août 2011

Homevideo par Kilian Riedhof, Téléfilm

 Arte Soirée de Vendredi 26 Aout à 2h00  du matin, ( samedi 27 août 02h00) 


 "Il y en a qui attirent tous les emmerdes". L'essence même du roman noir, du film noir.
"Il y en a qui attirent tous les emmerdes" C'est ce que dit le jeune tortionnaire dans Homevideo que diffuse Arte en ce moment.
Je l'ai vue parfois à l'oeuvre cette propension à rejeter sur la victime la cause de sa propre souffrance, cette explication sortant souvent de la bouche du tortionnaire ou du témoin passif.



Pourtant Claas, une quinzaine d'années, n'a rien fait de bien grave sinon se filmer lui même avec une caméra déclarant sa flamme à Hannah, une amie de lycée puis en se masturbant ensuite.
Sa deuxième erreur est peut-être de connaître et rechercher la compagnie de ses futurs tortionnaires, des lycéens avec lesquels il n'a aucune affinité mais à qui sa mère prêtera sa caméra comme on prête un ballon ou un stylo. Henri, un autre lycéen, visionnera la vidéo, fera chanter Claas puis diffusera la video sur internet sur le réseau social du lycée.

Le résultat est ce que donne les moyens disproportionnés que la technologie des adultes a mise entre les mains des ados et de leur incapacité à les maîtriser ainsi que l'immense pouvoir qu'il donne à celui qui veut faire mal.

Les adultes se montreront bien incapables de juguler le mal que leurs enfants peuvent se faire entre eux et leur bonne volonté ne suffira pas car elle ne pourra vraiment dépasser le mur de leurs propres préoccupations.

  • Le père de Claas est policier et va tout traiter en mode  "loi et ordre", que ce soit pour chercher pourqui sa femme vient de le quitter ou comment récupérer la carte mémoire volée. Incapable de montrer vraiment son affection, il offre ce qu'il peut offrir, pas ce dont son fils a besoin : un repas massacré et interrompu par le téléphone, une partie de ping-pong qui ne fera que diversion.Il ne prendra pas la mesure de la vitesse à laquelle la honte peut aujourd'hui de répandre et croira qu'il a vécu la même disgrâce quand sa mère l'a lui-même surpris à se masturber quand il était adolescent. Il appliquera la méthode Années 80 : ce n'est pas sale, ton corps change, etc... alors que le mal est ailleurs. Il croit également garder son arme et son argent à l'abri alors que son fils connait tous les secrets de la maison.

  • La mère de Claas quitte son mari pour s'installer en ville avec une amie. Elle ne pourra revenir en arrière sur ce pas si difficile qu'elle a franchi bien que son fils lui demande de revenir. Elle n'a pas compris qu'en prêtant une caméra video, elle prêtait aussi les vidéos privées de son fils alors qu'elle n'aurait pas fait la même chose avec un journal personnel...
  •  Le père père d'Hannah, psychologue (clin d'oeil du scénariste?), voit dans le message video de Claas une agression sexuelle contre sa fille et la réunion de parents où il défend cette théorie est un grand moment même si on a souvent vu bien plus violent dans les lycées pour des motifs plus futiles. ar Hannah, comme Claas,est elle aussi bien souvent laissée à elle-même.
  • Le principal du lycée sera incapable de faire la police dans son établissement, internet étant par essence virtuel et hors les murs. Essayer de contenter tout le monde et attendre que le problème se règle tout seul est évidemment impossible même si les gens qui arrivent à ce genre de responsabilité essayent souvent de le faire croire, et le monde de l'enseignement souffre grandement de ce mal.
  • La mère d'Henri, le jeune tortionnaire, a une excuse qu'elle doit sortir à l'envi : "Le père d'Henri est trop souvent absent".
Les adolescents sont livrés à eux-mêmes comme le sont finalement tous les adolescents à des degrés moindres. Les adultes leur expliquent le fonctionnement des machines, leur transmettent les règles sans pouvoir les faire respecter, disent leur faire confiance puisqu'il leur est de toute façon impossible de faire autrement.
Ces adolescents sontici  malgré tout les personnages principaux et les artisans de leur propre chute.


  • Claas ne mesure pas que tout ce que l'on enregistre aujourd'hui ne s'efface plus : détruire une carte video n'empêche pas les copies "à l'identique" de proliférer et d'être diffusées en masse. Il prend au comptant les messages que lui envoie Hannah sans prendre la mesure de l'importance que la distance du virtuel fait écrire sans que l'acte suive : il en fera la triste expérience quand elle acceptera de le revoir après le déclenchement de l'affaire : elle refusera pourtant de coucher avec lui alors que lui pense n'avoir que cela à lui offrir. On se souviendra aussi que, désireux de s'intégrer dans le seul monde qu'il connait, le lycée, il laissera également Henri, son boureau, entrer dans sa vie.
  • Hannah semble avoir des attitudes différentes selon qu'elle est au lycée sous le regard des autres, en tête-à-tête avec Claas, avec ses parents ou surtout sur le net où elle ne semble pas mesurer la portée des mots qu'elle affiche à l'écran.
  • Henri a tout du futur psychopathe et ses semblables ne sont pas si rares dans les écoles. Incapable de gérer ses propres tendances sexuelles ou de pouvoir, il s'appuie sur un ami dépendant qui reçoit les coups à sa place. Il trouve immédiatement chez Claas celui qu'il pourra faire souffrir. Sa perversion n'est pas décelée par les parents ni par les professeurs qui n'y voient sans doute qu'un trait de caractère qui disparaitra à l"âge adulte.
  • Les autres adolescents sont des témoins passifs de catte histoire morbide, trop désireux de se fondre dans un comportement unique et soulagés de ne pas être la victime. Quand Claas changera enfin d'école, ce sera pour y rencontrer en sortant quelqu'un qui le connait d'une activité péri-scolaire. Qui dit que ce copain du Basket n'est pas déja au courant de son infortune et que l'affaire rattrapera Claas ici aussi? Quel lieu échappe à internet et aux réseaux sociaux?

réalisation et casting

Réalisateur : Kilian Riedhof (il présente en allemmand son film)


Casting : Wotan Wilke Möhring (Claas Moormann) , Jonas Nay (Jakob Moormann) , Nicole Marischka (Irina Moormann) , Sophia Boehme (Hannah) , Jannik Schümann (Henry) , Tom Wolf (Erik) , Willi Gerk (Tom) , Anett Heilfort (madame Beckmann)

Durée : 90 min

 Mon avis : Un téléfilm tout à fait dans les standards du film noir. 
A voir sur Arte et revoir en Replay


Références : (quel dommage que les sites se contentent de diffuser le communiqué de presse ...)

1 commentaire:

  1. Salut!
    As-tu compris ce que j'ai ecrit? "ce n'est pas sale" est "methode années 80"? Pour moi c'est methode toujours :-)
    Donc, qu'est-ce que tu aurais fait avec la situation?

    RépondreSupprimer