mercredi 4 janvier 2012

Philby, portrait de l'espion...Roman de Robert Littell

L'idée semble étrange de revenir sur l'histoire de Kim Philby qui défraya la chronique dans les sixties en passant à l'est alors qu'il était en passe d'être découvert par les services de contre-espionnage de l'ouest.
Alors, quel était l'intérêt de le faire revivre aujourd'hui?
Le scandale qui en a découlé?
La méfiance qui devait perdurer quant aux services secrets britanniques dont il était l'un des piliers et la tâche difficile du nettoyage de ces services (La Taupe ou L'espion qui venait du froid)?
L'histoire aujourd'hui connue de ces quatre étudiants du Cambridge des années 30 qui allaient pactiser avec le communisme ( Cambridge Spies)?
Les services américains dirigés par un James Angleton convaincu que les hommes de Moscou étaient partout?
L'apparition du traître dans les documentaires ou même représenté à la fin de sa vie dans le 4ème protocole...

Alors, que va apporter Robert Littell avec son récent "Young Philby" paru en novembre dernier (2011) en version française?
Au premier abord, l'ouvrage semble bien léger, en quantité : une suite de témoignages narratifs respectant la chronologie de la vie du "Jeune Philby", témoignages directs ou indirects de gens amenés à parler de lui et des circonstances qui les ont mis en rapport avec ce espion en devenir.

L'histoire est connue, presque classique et le lecteur cherche à recouper les informations qu'il a déjà du personnage, des différences avec la mini série de la BBC ou des héros de John Le Carré. Un jeune diplomé de la meilleure société est approché puis recruté par les services secrets soviétiques dans l'espoir qu'il fera carrière dans la politique, le journalisme ou même les services secrets. On fera appel à cet espion dormant indétectable quand il aura une situation stratégique...
Littell écrit bien, donnant une apparente vérité aux différents styles de ses témoins , adaptant sa technique de narration à chacun et il est assez facile de suivre le fil de l'histoire.
Mais la vraie force du roman est de proposer dans les derniers chapitres une version formidablement différente de celle que l'on connait bien aujourd'hui. Une version qui "s'appuierait" apparemment sur un solide témoignage même s'il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un roman, de fiction et non de documentaire.
Alors oui, vraiment, le bouquin vaut le coup d'être lu par les connaisseurs de l'affaire Philby car, à la lumière des rapports de force entre grandes puissances aujourd'hui, l'hypothèse de Littell est plus crédible qu'elle ne l'aurait été au lendemain de la défection du maître espion. Une bonne occasion de se pencher sur la bibliographie de Robert Littell.
Mais il n'y aura jamais de certitude à ce sujet car aucune archive ne pourra jamais être perçue comme véridique...

A lire : pour les fans d'espionnage au temps de la guerre froide, pour les amateurs de bonne prose.
Les novices pourront commencer par "Cambridge Spies" en video...
A acheter : pour compléter la série liée à cet espion ou cette époque (environ 20€).
Souvent en dotation dans les bibliothèques (généralement en prêt nouveauté de courte durée)




Références :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire