jeudi 10 mai 2012

Les économistes connus sont-ils indépendants quand il donnent leur avis éc


  1.  Qui sont ces gens qui nous expliquent l'économie française et mondiale?

  2. Selon Hervé Mauduit, nos pédagogues des médias prêchent pour leur chapelle.

  3. La seule économie depuis 10 ans, c'est l'économie libérale

  4. L'Interview d' Hervé Mauduit. et la défense de Jean Hervé Lorenzi (audio) 14min.(france inter 2012 04 19)

  5. Hervé Nathan, de Marianne, commente le bouquin de Mauduit.

  6. Le livre et l'article de l'Express et les bonus.







1.Qui sont ces gens qui nous expliquent l'économie française et mondiale?

L'année dernière, je tentais de faire un bilan de l'offre de l'information qui nous était offerte par les chaînes gratuites de la TNT française et regrettais l'unicité des points de vue.

Mais qu'en est-il, sur ces mêmes canaux privés ou publics,  de ces invités savants des talk shows ou




Patrick Artus


journaux télévisés qui viennent aimablement et souvent gratuitement  faire comprendre aux téléspectateurs les mécanismes de l'économie (dont cette fameuse impossibilité de sortir du sage modèle actuel et cette nécessité absolue de passer par la fameuse règle d'or)?

Peut-on  les contredire, ces professeurs et spécialistes, alors qu'ils savent de quoi ils parlent et qu'ils nous expliquent tout, en toute objectivité et sur un ton raisonnable.
"Il est évident que"...est malheureusement utilisé par eux pour étayer un point de vue discutable. 


Mais ces professeurs sont-ils vraiment objectifs quand ils parlent technique économique, auto-régulation des marchés, impossibilité de sortir de l'euro ou impératif de copier l'économie allemande?

 La technique, ça a une opinion?

Savons-nous qui emploie et/ou rémunère ces parangons de professionnalisme? 

Pourraient-ils rester objectif et mordre la main qui les nourrit en prônant une autre voie économique que celle de leur employeur?  Poser la question, c'est y répondre : qui cracherait dans sa propre soupe?



2.Selon Hervé Mauduit, nos pédagogues des médias prêchent pour leur chapelle.
Laurent Mauduit  publie un livre "Les imposteurs de l'économie" dans lequel il nomme nos grands économistes et énumère leurs différentes casquettes qui semblent influencer tellement  leur point de vue,( un peu comme un anticonformiste satirique se transforme en pisse-froid en prenant la direction d'un média à remettre dans le droit chemin, par exemple).
Et que penser de ceux qui sont professeurs dans le service public et cumulent dans un conseil d'administration d'entreprise au mépris de la loi?


Laurent Mauduit écrit sur son blog : "


Si j’ai jugé utile de mener ce travail, c’est pour une première raison : ces derniers mois, j’ai été frappé de constater que dans de nombreux pays, à commencer par les Etats-Unis, les économistes les plus médiatisés ont parfois été critiqués. 

Mais pas en France, ou quasiment pas.

 Et cette différence de traitement, j’ai voulu chercher à en percer le mystère.

De fait, nul vrai débat ni réelle polémique en France. 

Malgré la violence de la crise, malgré le cortège de souffrances sociales qu’elle a généré, quelques économistes parmi les plus médiatisés, ceux qui courent micros et plateaux de télévision, ont juste été moqués, de proche en proche, pour leur manque de discernement ou de clairvoyance. 

Dans les magazines, on a donc vu fleurir, ici ou là, le bêtisier de la crise. On en connaît les héros, puisque tous les économistes connus, ou presque, ont été épinglés. De l’économiste de la banque Natixis Patrick Artus (« La crise est finie ») jusqu’à l’économiste de l’Ecole normale supérieure Daniel Cohen (« La bonne nouvelle c'est que cela ne durera pas plus longtemps »), en passant par l’entremetteur du capitalisme parisien Alain Minc (la crise est « grotesquement psychologique ») ou encore l’économiste Anton Brender (« Les paniques bancaires à l’ancienne ont disparu grâce au dispositif d’assurance des dépôts mis en place pour permettre de les éviter »).




Elie Cohen


Mais ces inepties proférées par les économistes français les plus connus ne les ont (pas) condamnés à une abstinence médiatique, même courte: depuis que la crise a commencé, ce sont donc toujours les mêmes experts, même ceux qui se sont le plus gravement trompés, que l’on entend perpétuellement sur toutes les ondes de radio et dans toutes les émissions de télévision."

in (http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/260312/les-imposteurs-de-l-economie)




Quid de l' offre variée et de l'information sur les chaînes de la TNT françaises?


3. La seule économie depuis 10 ans, c'est l'économie libérale.

En tout cas, on comprend mieux cette uniformité de pensée, ce consensus sur la mondialisation, le libéralisme, et le rejet de toute théorie alternative.


Raison de plus pour déplorer qu'on ne mentionne pas cette ambivalence lorsqu'ils sont invités en télévision, où il est pourtant enfantin d'afficher des menus défilants. Et qu'on ne croit pas que les médias publics ont échappé au phénomène : manque de moyens et donc abondance de talk-shows, direction des chînes entièrement dévouées aux causes présidentielles, moquerie des présentateurs envers les théories dissidentes ou au contraire défense pointilleuse de leur déontologie à la moindre remarque, on pourrait souhaiter autant d'exigence dans les recherches sur les profils des invités...




marc fiorentino
AL


4. Interview d' Hervé Mauduit. (audio) 14min.



Ecouter ''émission de France Inter http://www.franceinter.fr/emission-on-n-arrete-pas-l-eco-l-invite-laurent-mauduit-pour-les-imposteurs-de-l-economie-comment-il  et la réécoute :



(interview entre la 30eme et la 45eme minute, incluant une réponse de Jean Hervé lorenzi, mis en cause dans le livre.




5. Le commentaire de hervé nathan, de Marianne

Hervé Nathan, de Marianne, se fait également l'écho du bouquin de Mauduit et je le cite ci dessous.


Une enquête de Laurent Mauduit, « Les imposteurs de l’économie », revient sur les pratiques parallèles des spécialistes très médiatisés qui expliquent au « vulgum pecus » les rouages du libéralisme.




jean paul Fitoussi
(Laurent Mauduit - BALTEL/SIPA)
Disons le tout net : ce livre va remuer bien des passions dans le petit monde des économistes, tant il met en cause les vedettes de la profession. La contestation de la place et du rôle des « économistesmédiatiques » n’est pas tout à fait nouvelle. Elle date en fait du début de la crise des subprimes. Le public l’a découverte avec le succès de deux documentaires « Inside job » pour les Etats-Unis et « Les Nouveaux chiens de garde » en France. Mais là où le documentariste s’en tient à une dénonciation de principe, drôle mais pas forcément convaincante, Laurent Mauduit, journaliste à



Mediapart, est allé chercher lesinformations qui étayent le propos.



Ainsi les « Imposteurs » nous content par le menu ce que sont les onéreux «  ménages » et les fructueux « à-côtés » de la vingtaine « d’experts » qui tournent en boucle sur les écrans et distillent le prêt-à-penser du néo-libéralisme. L’auteur nous emmène dans un monde de conflits d’intérêts auprès duquel l’industriepharmaceutique semble d’une transparence aveuglante. Aucune de nos vedettes cathodiques, ou presque, n’échappe à au coup d’étrille. (De) 

  • Marc Fiorentino, condamné par l’Autorité des marchés financiers pour sa société Euroland Finance,

  • Elie Cohen qui gagne deux fois plus en siégeant dans les conseils d’administration qu’avec son métier d’enseignant,

  • Patrick Artus, grand amateur lui aussi du cumul des rémunérations.


    Michel Aglietta

  • Jean-Paul Fitoussi pratique les « ménages », 

  • Michel Aglietta conseille Groupama Assurances, 

  • Daniel Cohen l’imite chez Lazard, etc.

Tous ces personnages ont pour point commun d’être les conseilleurs des princes, les arbitres médiatiques de la bien-pensance en économie, et de soigner, à des degrés divers, leurs portefeuilles. 


Quelques-uns dominent ce cercle de la déraison : 
  • Alain Minc, 

  • Jacques Attali ou 

  • Jean-Hervé Lorenzi, pilier de la banque Rotschild et président du Club des économistes, extraordinaire réseau d’influence des intellectuels de la finance.(Note : selon Mauduit, Jean Hervé Lorenzi soutenait Segolène Royale en 2005 en établissant le programme économique de campagne de Nicolas Sarkozy. Il soutient françois Hollande en 2012. cf interview)

Le plus sidérant, si l’on ose dire, est qu’une bonne partie de ce personnel s’est mise à disposition du candidat socialiste François Hollande et fait partie de son cercle de conseillers.



L’exercice
(de Laurent Mauduit) ressemble à la stratégie Dracula : mettre en pleine lumière ce qui est caché. 
Est-ce suffisant pour délégitimer les « imposteurs » ? Hélas, ou heureusement, non, et Laurent Mauduit en convient à demi-mot. Il ne suffit pas de dénoncer la collusion d’un Patrick Artus ou d’un Daniel Cohen avec les « forces de l’argent », pour abattre leurs travaux. Même en économie le déterminisme a ses limites humaines. Et le libéralisme ne se combat pas seulement en braquant un projecteur, salutaire et nécessaire, sur les comptes en banques.

Reste à savoir qui a placé tout ce beau monde sur un piédestal : il n’est pas indifférent à la réflexion d’apprendre que l’auteur reconnaît non sans honnêteté avoir lui-même joué un rôle dans cette entreprise, en ouvrant les colonnes de Libération, puis du Monde à certains d’entre eux. Comme quoi la collusion peut parfois se nicher en chacun de nous. 


6.Le livre , l'article de l'Express, et les bonus des archives

  Les imposteurs de l’économie,
de Laurent Mauduit, J.-C. Gawsewitch, 320 p., 19,90 €. 
http://www.marianne2.fr/Les-imposteurs-de-l-economie-bouscule-les-economistes-mediatiques_a216912.html?TOKEN_RETURN



L'article de l'Express :

http://www.lexpress.fr/actualite/economie/laurent-mauduit-epingle-les-economistes_1099023.html 







BONUS 



Une université (Paris Dauphine) dont les chaires sont financées par des banques doit-elle s'appeller "Sciences économiques" ou " Sciences du Libéralisme Economique" car un ancien patron de banque (écouter l'interview) peut-il donner une vision exhaustive aux inscrits? 

Voici la liste des chaires de la fondation dauphine, à l'université : http://www.fondation.dauphine.fr/nos-chaires/














 http://www.elie-cohen.eu/article.php3?id_article=64





 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire