dimanche 10 avril 2011

Origine - Diana ABU-JABER

Diana ABU-JABER a bien préparé son hold-up. Elle nous apprivoise dès les premières pages. Son héroïne est discrète, peu sûre d’elle et on la sent prête à s’excuser déjà d’être là. Elle a choisi son travail à la reconnaissance d’empreintes digitales pour rester cachée loin des journalistes. Elle a évidemment été déçue par l’amour (presque une règle pour les héroïnes féminines des auteurs féminins) mais la 4ème de couverture nous a mis en garde : elle aurait « un don étrange, une sensibilité quasi animale ».
Le coup des dons extra-humains, c’est le genre de truc qui me fait fuir depuis que les séries américaines attaquent les cibles adolescentes à coup de Super Jaimie qui court au ralenti pour nous montrer sa grande vitesse ou de vampires hyper sensibles qui nous enseignent comme il est difficile d’avoir des amis au lycée quand on est différent. Ce genre d’artifice est, à mon avis, surtout destiné à pallier une déficience de créativité et de qualité littéraire quand le scénariste s’aperçoit que tous les schémas classiques ont déjà été écrits par des gens plus doués que lui.
« -Et si on disait que le héros discute avec les morts?
-Ouaih ! Trop cool ! Comme ça, chaque fois qu’il y a une faille dans le déroulement, on croit que c’est les morts qui lui ont révélé! »
Malheureusement, le reste de l’histoire est trop souvent d’un tel convenu qu’on se retrouve avec un film ou une série bien lourdingue et qui s’essouffle rapidement.

Mais Diana ABU-JABER a un vrai talent d’écriture et, dès les premières pages, je me suis senti happé par l’envie de savoir « ce que donnerait le paysage après le prochain virage » comme le dit Patrik Allis. Lena, l’héroïne est certes sensible, encombrée de rêves effrayants, timide en société et incapable de dire à son ex à quel point il mérite des tartes mais c’est elle qu’une mère déjantée vient supplier d’enquêter sur la mort de son bébé qu’on a attribuée à une cause naturelle : la MSN (non, pas le logiciel de tchat mais la « mort subite du nourrisson ».) Lena va se pencher sur ce cas et découvrir que les statistiques de MSN ont quelque peu grimpé dans le « comté  » et qu’il y a du « malin » là-dessous.
Sorti en 2007 aux états unis, l’action semble se dérouler plutôt en fin des années 90 : une date y fait allusion en cours de livre, les téléphones portables ne sont pas encore indispensables (les américains en ont moins que les européens, d’ailleurs) mais il vaut mieux le savoir quand on s’étonne qu’un personnage n’appelle pas immédiatement à l’aide…
Allez, je n’en dis pas plus et je ne chercherai pas plus avant à trouver des défauts à ce bouquin qui est une vraie réussite et je dois dire que je me sentais un peu blasé depuis quelques temps : des « must have » absolus se révélaient décevants, je me forçais à trouver quelques qualités à des bouquins qui me tombaient des mains…
Merci à D.A.J de m’avoir redonné le goût du polar, des états unis et de la tristesse de leurs petites villes du nord mais aussi de leurs cours de littérature pratique qui permettent à leurs auteurs de chanter leur petite chanson sans nous barber même si une bonne partie d’entre eux sont sans réel intérêt.
Oui, Diana Abou-Jaber est bien la meilleure de ceux que j’ai lus récemment et pourtant ce n’était pas gagné : bébés morts, collègues de bureau perfides, mari infidèle, prince charmant patient, vieux flics infatigables de 70 ans, mère cachotière et égocentrique, père muet et brimé, tout était réuni pour en faire un nanar empli de poncifs.
Un challenge pour l’auteur?



Note : plutôt bonne traduction d' Edith Ochs.



  • A lire? OUI
  • A se faire offrir? OUI (existe en poche Points à 8€ et en sonatine à 20€
  • D'occasion? 10€ sur ebay(neuf), idem sur Price minister en comptant le port et les états surévalués (attention, nombreuses versions en anglais).
  • En sélection/dotation chez Points pour le Meilleur Polar de Points 2011
  • 8 euros en poche chez Points.
  • en dotation Bibliotheques de la Ville de Paris
  • A emprunter en rayon ROMAN POLICIER de la Bibliothèque Couronnes.


Le résumé sur Bibliosurf : (http://www.bibliosurf.com/Origine)

Syracuse, État de New York. L’hiver est terrible, la ville est sous la neige, battue par des vents glacés. Lena, experte en empreintes digitales, travaille à l’unité scientifique de la police. C’est une jeune femme renfermée, à l’équilibre fragile qui, en dépit de compétences exceptionnelles, préfère rester dans l’ombre et se consacrer au cas de violences faites aux enfants, conséquence peut-être d’un passé tourmenté. Orpheline trouvée dans d’étranges circonstances à l’âge de 2 ans. Lena ignore en effet tout de ses origines. Son parcours croise un jour celui d’Erin Cogan, dont le bébé vient de décéder. Les médecins ont diagnostiqué une mort subite du nourrisson, la mère ne les croit pas. On a tué son fils, elle en est sûre. Bien vite, le doute s’insinue aussi dans l’esprit de Lena, qui découvre un nombre anormal de cas similaires dans la région. Y aurait-il vraiment un sérial-killer qui s’attaque aux bébés ? Plus étrange encore, Lena sent confusément que l’énigme de ses origines est liée à Erin et aux meurtres des enfants. Parviendra-t-elle à reconstituer son histoire et à percer le sombre secret de ses origines ?





références : 
 


    1 commentaire:

    1. j'ai le livre dans ma pile, mais je ne l'ai pas encore lu, par contre j'ai pris un réel plaisir à lire ton billet ! j'avais envie de le dire, tout simplement.

      RépondreSupprimer