jeudi 6 juin 2013

Les Démons De Berlin / Ignacio Del Valle / Roman

L'Europe de la Guerre de 39-45 n'en finit pas d'inspirer les auteurs de polars, comme elle continue de
passionner les lecteurs du XXIème siècle. En pays alliés comme dans les pays de l'Axe, chaque enquête ne peut raisonnablement pas faire abstraction des rapports avec les forces engagées, les atmosphères pesantes ou les contraintes de manque d'indépendance que l'époque induit.
Ben Pastor ( "Lumen", "Lune trompeuse", déja traités ici) s'est installée dans l'Italie post Mussollinienne de la République de Salo. Philip Kerr a une série universellement reconnue de bons polars qui se situent directement à Berlin de 1930 à 1945 puis dans le sillon des exils nazis qui ont suivi.

C'est aussi à Berlin en 1945 qu' Ignacio Del Valle installe ses enquêteurs dans "Les Démons De Berlin". Alors que la capitale allemande est la cible quotidienne des bombardements alliés, que les russes se rapprochent , l'Espagne choisit tout à fait logiquement de rapatrier ses phalangistes et autres militaires franquistes qui la représentaient dans la cité phare du IIIème reich. La division Azul qui a combattu dans l'EST avec les nazis en 1943 (voir Empereurs des ténèbres  du même auteur ) se prépare donc à quitter l'Allemagne pour rentrer en Espagne franquiste.

Pas question pour Arturo Andrade de rentrer alors qu'il va se passer tant de choses passionnantes et qu'il recherche l'assassin américain d'un scientifique allemand qui participait à l'élaboration de la bombe atomique allemande.
Alors qu'Hitler continue de parcourir des cartes d'état major dans son bunker sous le Reichtag, entouré de ses fidèles résignés dans une ambiance de fin de règne, de débauche et de débacle, l'enquêteur parcourt la ville et ses cachettes, interrogeant et reconstituant l'actualité des Armes Merveilleuses promises par le führer à son peuple et dont profiteront indirectement les USA quelques trimestres plus tard.
Arturo, entouré de collaborateurs franquistes truculents, vivra ces dernières semaines d'une époque moribonde au rythme de ses intuitions, ses sentiments, ses désirs sans que ses points de vue idéologiques apparaissent réellement. Un comportement opportuniste qu'on connait bien de nos jours, à l'heure où son auteur-créateur publie ce bouquin et qu'il nous le livre à la lecture.
Un bon moyen d'éviter le ton de l'exemplarité ou de la morale.
Mais un peu de flou sur les actes de cet enquêteur encore jeune qui semble réunir naïveté amoureuse et cynisme d'un autre âge que le sien... Très actuel?

Les Démons de Berlin
Ignacio Del Valle

Traduit par Karine Louesdon & José Maria Ruiz-Funes Torres (Espagnol)

  • Date de parution : 01/03/2012
  • Format : 14 x 20,5 cm, 416 p., 25.35 €
  • Editions Phébus 
  • ISBN 978-2-7529-0521-5
<  Télérama












Aucun commentaire:

Publier un commentaire