mercredi 27 mai 2015

Les Français croient encore avoir raison contre les autres européens lors de l'Eurovision 2015

En regardant le concours Eurovison 2015 en différé, j'ai été agréablement surpris par la prestation française de Lisa Angell , la chanson, l'émotion déclenchée.

Je me suis pourtant demandé si les 9% d'européens qui comprennent au moins un peu le français en dehors de la France (qui ne pouvait pas voter pour elle) suffiraient pour faire arriver 1ere cette chanson émouvante. Qui va voter sans savoir si la chanteuse n est pas en train d'appeler à la guerre sainte, à la fin du monde ou à la hausse des impôts?
  • Quand on veut être compris des gens qu'on veut toucher, la moindre des politesse est de s'adresser à eux dans une langue qu'ils peuvent comprendre et on aura compris que le français est loin d'être cette langue.On peut inclure un couplet et un refrain en anglais, langue comprise par 51% des européens et que dire quand on invite l'Australie!Même un couplet en allemand serait compris par davantage de votants qu'en français ( 80 millions d'européens parlent allemand tous les jours et plus de 110 millions d'autres européens le connaissent en 2eme langue en dehors de la France.
  • Hier encore, des employés de France Télévision disaient que la France faisait tout pour éviter de gagner afin de ne pas avoir à payer les festivités l'année suivante. Stéphane Berne a assuré que le spectacle est en vérité financé par tous les pays de l'union : nos défaites ne sont donc pas sciemment organisées.
  • Lisa Angell pense qu'il s'agit de boycott politique  : on peut donc en déduire que c'est bien à la prise de décision que le problème se trouve et que nos décideurs sont peut-être les champions dans leur marigot personnel, entourés de leur conseillers mais que lorsque les sélectionneurs français accepteront de faire le choix d'une bonne équipe anglophone, on saura vraiment en 2 ou 3 ans si la France est boycottée pour des raisons politiques, géopolitiques ou si le choix de prestations inadaptées était la raison de ces innombrables échecs successifs .
  • Les pays privilégiés qui sont qualifiés d'office pourraient également abandoner cette prérogative et accepter l'égalité avec les autres en participant aux éliminatoires. 
Le fait que nos commentateurs et bien d'autres professionnels des médias ont pu faire croire à Lisa Angell que tout avait été fait pour le mieux est aussi cruel que de faire croire à un gagnant de téléréalité qu'il est un génie et que les gens l'aimeront toujours.


Alain Lacour / Paris, France

lire aussi :   La France incapable de respecter l'Eurovision.

vendredi 15 mai 2015

De la viande dans les légumes Bonduelle!

Les végétariens avaient fait plier McDonald qui cachait l'utilisation de matières grasses animales dans ses huiles de fritures, rendant ainsi bien moins végétariennes ses frites, ses country-potatoes...rc

Au tour de Bonduelle d'être épinglé pour ses fameux légumes pas si végétariens que ça : arômes à base de poulet, boeuf ou même porc sont inclus dans ses fameuses conserves de légumes. On connait bien le lapin blanc Cassegrain (groupe Bonduelle) aux airs de crooner qui fait vendre en télé les surgelés et boites de la célèbre marque : sait-il qu'il pourrait finir dans la recette?

AL




Source : Le Parisien  / Vegemag





   


In :http://www.leparisien.fr/societe/consommation-de-la-viande-cachee-dans-les-legumes-bonduelle-15-05-2015-4773089.php







"Consommation : de la viande cachée dans les légumes Bonduelle 




Ce n'est
précisé nulle part, mais des arômes de poulet, de bœuf ou de porc
entrent dans la composition de certains légumes préparés. Face au tollé,
la marque va mettre à jour ses étiquettes.


Bérangère Lepetit | 15 Mai 2015, 06h48 | MAJ : 15 Mai 2015, 06h52



















0






















Les fiches produits de Bonduelle ont déjà été modifiées sur internet.
Les fiches produits de Bonduelle ont déjà été modifiées sur internet.
(Bonduelle.fr, Cassegrain.com.) LP/Infographie.




« Quand  les légumes sont bons, c'est Bonduelle », dit le slogan. Oui mais voilà. L'entreprise française, leadeur mondial du légume prêt à l'emploi,
vient de reconnaître que des arômes de viande étaient présents dans
certains de ses produits sans que cela apparaisse sur l'étiquette.







Une volonté de rehausser le goût ? D'épaissir
une texture de sauce ? Motus et bouche cousue. Il reste que, assure
l'entreprise qui assume, « 0,5 % d'arôme de poule, poulet, bœuf, porc ou
mouton » entre dans la composition de dix-sept des produits Bonduelle,
des flageolets verts extrafins aux champignons à la grecque, en passant
par les haricots verts en boîte de conserve, paquet surgelé ou gamme
traiteur. Une absence d'étiquetage révélée par le site spécialisé
Vegemag, alerté par des consommateurs scrupuleux. Rien d'illégal a
priori. La recette est « conforme à la réglementation française »,
précise l'industriel.



Bonduelle a fait amende honorable     





Mais, sur Internet,
nombreux sont les consommateurs à s'indigner. Des sites à destination
des personnes végétariennes, juives ou musulmanes -- deux confessions
ayant en commun certains interdits alimentaires -- ont relayé
l'information. Sans attendre, Bonduelle a décidé de modifier ses fiches
produits sur Internet, indiquant « Ne convient pas aux régimes
végétariens ». « Les étiquettes en magasin, elles, seront modifiées dans
un délai de six mois pour le marché français », assure un porte-parole
de l'entreprise. Autre marque qui appartient à Bonduelle, Cassegrain a
aussi modifié sa communication envers les consommateurs. « Le site Web
de la marque est à jour et les étiquettes seront également modifiées »,
poursuit le porte-parole.



Bonduelle fait amende honorable. « Nous sommes sensibles aux attentes de
nos clients et nous nous faisons fort d'être disponibles pour nos
fidèles consommateurs », explique l'entreprise dans un communiqué. Fin
de l'histoire ?



Les filières de l'agroalimentaire restent opaques



« Cette affaire démontre que les pratiques peuvent évoluer mais aussi
les raisons pour lesquelles les gens n'ont plus confiance », déplore
Cédric Garrofé, fondateur de Vegemag, qui plaide pour des actions de groupe menées par les consommateurs.



« En France, nous nous targuons de produire des aliments de qualité.
Mais les filières de l'agroalimentaire restent opaques, estime Brigitte
Gothière, de l'association de défense des animaux L214. On retrouve des
morceaux ou des substances animales, les déchets des abattoirs, dans de
nombreux produits. Beaucoup de gens mangent des bonbons ou se mettent de
la crème sur le visage sans savoir qu'ils contiennent du porc. Ne pas
l'inscrire sur l'étiquette, c'est une omission confortable. »

(in "vegemag" : http://www.vegemag.fr/actualite/exclusif-apres-bonduelle-de-la-viande-dans-des-conserves-de-legumes-cassegrain-5426 )








 




















0










Le Parisien



mardi 12 mai 2015

J'ai lu Un Avion Sans Elle, de Michel BUSSI

Le 12 mai 2015 / maj 2019


"Un Avion Sans Elle" est le premier livre ou ebook que je lis de Michel Bussi. Etait-ce un choix, une prescription , un nom trouvé dans mes recherches, je ne m'en souviens plus :  je ne suis pas approvisionné en parution par les éditeurs et, en dehors de mes chouchous, je dois bien me fier à une couverture, une critique radio ...
Un avion de ligne s'écrase dans les années 80 et, sur les deux bébés présents à bord, un seul a survécu ; c'est d'ailleurs le seul rescapé de la catastrophe. Après une bataille juridique entre les deux familles qui le "revendiquent", la petite fille rejoint celle qui a obtenu sa garde. Un détective est loué par la famille flouée pour tirer au clair cette histoire avec quelques conditions étranges dont la durée de son enquête qui devra durer 18 ans et apporter une solution lorsque l'enfant arrivera à sa majorité.
Le livre est en grande partie le récit du détective qui meurt peu après la fin de son enquête, récit qu'il a écrit dans un cahier et remis à la jeune adulte.

Il y a évidemment bien davantage dans ce bouquin que le suspense de savoir si "Libellule" a bien été attribuée à la bonne famille et un test ADN réalisé à l'aube des années 2000 apportera un début d'explication. Un début, car Michel Bussi a évidemment assaisonné son livre de centres d'intérêts annexes.
 
C'est une bonne pioche, autant le dire tout de suite et j'ai eu pas mal de plaisir à potasser le bouquin qui, pour une fois, a été pour moi un "tourneur de pages" . Libellule est présente par moments mais c'est plutôt à partir des gens qui la suivent ou l'on fréquentée qu'on comprend l'histoire et qu'on découvre les certitudes ou les doutes que chacun peut avoir, même si on suppose que Bussi aura soin de nous réserver un coup de jarnac à la fin.
Le détective ne se débrouille pas mal, les jeunes ne sont pas tête en l'air mais intéressants, les personnages "ordinaires" plutôt bien dépeints et la psychopathe de l'histoire reprend un peu de réalité sur la fin de l'histoire alors qu' elle me semblait le personnage le moins crédible de l'histoire.

Bravo également à Michel Bussi pour une très belle scène de séduction et d'amour qui témoigne d'un vrai talent d'écrivain.

Alain Lacour / Playa Del Ingles, GC, Espagne


En livre imprimé et ebook

ISBN : 2266252712  ou
978-2-266-23389-7 

  Éditeur : Pocket (2014) 

 

http://www.babelio.com/auteur/Michel-Bussi/113715

http://www.decitre.fr/livres/un-avion-sans-elle-9782266233897.html

 

 

 


samedi 9 mai 2015

J'ai lu Les Réponses, d'Elisabeth Little

Encensé en radio par Gérard collard, le médiatique libraire de La Griffe Noire, le roman Les Réponses est un sympathique roman d'Elisabeth Little bien dans l'air du temps.

Une gosse de People, connue pour ses pitoyables rebellions alcoolisées et coucheries adolescentes se retrouve accusée d'avoir tué sa mère, une coureuse de maris friqués bien connue de la bourgeoisie parvenue californienne. Après dix années d’emprisonnement passées sans connaitre les habituelles violences des prisons américaines(?), Marion sort de tôle après que les preuves retenues contre elle, comme dans plusieurs autres cas, aient été annulées car entachées de doute dans son dossier d'accusation. La pimprenelle est malheureusement poursuivie par les paparazzi et un blogueur particulièrement remonté qui a décidé de la pourchasser, arguant qu' une relaxe pour incompétence du procureur n'implique pas que l'accusée est finalement devenue innocente (et on peut partager son avis).
Pourquoi n'engage-t-elle pas un détective ? Premier mystère.
Pourquoi pense-t-elle qu'il faut chercher dans le lointain passé de sa mère pour trouver l'assassin? Deuxième mystère et ce sont les deux principaux que j'ai décelé dans le bouquin.
Il semble que la jeune fille "manipulatrice" soit restée un patchwork de caractères complexes et opposés, que ce soit pour lui donner un côté attachant, une profondeur factice ou pour faciliter l’enchainement des péripéties : je veux bien concéder cette troisième interrogation.
L'intrigue est-elle riche en rebondissements? Contrairement à l'avis donné par G.Collard en radio, j'ai trouvé que toute la partie centrale de l'histoire est un long tunnel de petites frayeurs, de
revirements sans grande intensité tant les principaux dangers encourus par l'enquêtrice en herbe sont mineurs : se couper les cheveux elle même pour ne pas être reconnue, abandonner ses tenues sexy pour passer pour une employée de bureau en goguette, résister à la séduction d'un policier sexy mais rustique. La peinture des campagnards américains n'est pas nouvelle ni spécialement intrigante : un coureur de jupons ancien playboy de lycée, deux copines qui se révèlent lesbiennes, d'autres personnages qu'on feint d'ignorer pour ensuite les présenter comme des coupables présentables...
Heureusement, le style est assez caustique, irrévérencieux, un peu "fille libérée" même s'il ne faut pas compter sur une description un peu détaillée dès qu'on aborde le sexe. Dans le genre enquêtrices déchainées, on trouvait tout ça en bien plus actif et drôle dans certaines séries de polars des années 80 impliquant des filles malignes autrement punchies et c'est peut-être cette demie-mesure qui m'a déçu ici. Si l'enquête n'est qu'un prétexte, si les invraisemblances sont nombreuses et si le personnage manque de couleurs et de consistance, que reste-t-il? Les mails, les sms, les pages de blog reproduites entre les chapitres de narration, une habitude actuelle dans les romans, séries et films.
Il reste un sympathique roman qui fait passer le temps sans empêcher de dormir et qu'on peut oublier chez soi le vendredi soir sans pourrir son week end. Les sms, blogs et mails sont bien dans le ton de cette production colorée, ancrée dans son époque et peu calorique que les jeunes lecteurs trouveront pétillante. Nombreuses recettes de petites manipulations féminines amusantes.

Ce n'est pas encore en poche, ça coute 21 euros mais chacun peut aussi le trouver en ebook sur ses sources habituelles (voir images).

Alain Lacour